Touj-
ours
Plus Respon-
sable

Tenter de réduire notre impact sur l’environnement tout en proposant une jolie garde-robe, voilà notre ambition. Ce n’est pas toujours simple, mais on y croit depuis nos débuts en 2014. 

Penser la mode Autrement

Balzac Paris écrit l'histoire de son engagement pour l'environnement en créant, chapitre après chapitre, des collections responsables et désirables.

En 2014, nous avons lancé Balzac Paris avec une philosophie : créer des collections en séries limitées exclusivement féminines, avec des classiques et des intemporels, uniquement vendus sur notre site.

Découvrez notre démarche T.P.R
Durable, éthique, recyclage, écologie, local Durable, éthique, recyclage, écologie, local
Toujours Plus Responsable Toujours Plus Responsable

LE JEAN SE MET AU VERT ! 
Fabriqués en coton bio, et labellisés GOTS, nos jeans T.P.R sont aussi délavés au laser, pour réduire la consommation d'eau, d'énergie et de produits chimiques !

Vos questions
TOUJOURS PLUS RESPONSABLES

T.P.R

C'est vous aussi, actrices principales de notre marque, qui participez à développer notre démarche T.P.R (Toujours Plus Responsable)

Toute notre équipe Balzac Paris est mobilisée pour ce qui est devenu notre "programme". Penser la mode autrement, c'est également répondre à toutes vos questions et écouter vos idées...

contactez nos équipes
T.P.R

Vos Questions

Depuis nos débuts en 2014, nous avons toujours fait fabriquer la quasi-totalité de nos produits en Europe. Depuis janvier 2019, 95% de nos références sont par exemple confectionnées dans l’Union Européenne, et plus particulièrement au Portugal, où nous produisons 87% des nos collections. Selon les modèles, les matières et les savoir-faire invoqués, nous travaillons également avec des ateliers en Italie (notamment pour les sacs et les chaussures) et en France (principalement pour les bijoux). 

Il nous arrive également de produire certaines pièces en Inde et à Madagascar, sachant qu’il s’agit le plus souvent de produits labellisés GOTS (Global Organic Textile Standard), respectant des critères environnementaux et sociaux très stricts pour s’assurer que ces produits sont responsables et en phase avec notre démarche T.P.R.

Nous produisons depuis nos débuts certaines de nos pièces en France, notamment une partie de nos bijoux en Ile-de-France. En diversifiant chaque année un peu plus notre offre, nous sommes d’ailleurs amenés à fabriquer de plus en plus de nos produits sur le territoire français.  Dès cette rentrée 2019, nous sortons un pull 100% made in France, composé d’une laine d’Arles, et tricotée dans la région des Pays de la Loire.

Véritable gage de qualité, fabriquer en France signifie également soutenir l’artisanat français, et plus particulièrement des fabricants avec qui nous avons tissé au fil du temps, des relations privilégiées. Mais s’il nous tient à cœur de produire en France, nous aimons également collaborer avec nos usines portugaises et italiennes dont le travail artisanal unique allie délicatesse et sens du détail. Plaçant l’humain et la qualité au cœur de leur travail, certains artisans s’y transmettent des savoir-faire de père en fils depuis plusieurs générations, privilégiant l’héritage et l’expertise humaine.

Il arrive très rarement que nous produisions des pièces en dehors de l’Union Européenne, cependant certaines de nos créations requièrent des savoir-faire et compétences spécifiques que l’on ne trouve pas en Europe. Ce fut par exemple le cas avec certains de nos accessoires en raphia, que nous avons du coup fait fabriquer au Maroc.

Concernant les vêtements, nous produisons le plus souvent des références en coton bio via des filières GOTS (Global Organic Textile Standard) en Inde et à Madagascar, afin de s’assurer que les conditions de production respectent nos valeurs sociales et écologiques.

Chez Balzac Paris, nous sélectionnons nos matières en fonction de plusieurs critères. D’abord, on s’assure de la qualité de celles-ci, en vérifiant par exemple qu’elles ne soit pas trop fines ou que l’aspect visuel corresponde bien à l’ADN de la marque, car le plus important, c’est évidemment que cela vous plaise !

Ensuite, on veille à ce que la composition des matières et les processus de fabrication s’accordent avec nos valeurs. Toujours à l'écoute de notre planète et de vos envies, nous avons à coeur de vous proposer des matières Toujours Plus Responsables tout en gardant une qualité exceptionnelle. Pour cela, nous continuons à vous proposer toujours plus de coton bio, de cuir tanné végétalement, et des matières responsables telles que le Tencel®, le lin et le cuir biodégradable.

Enfin, on vérifie que les matières retenues entrent dans nos gammes de prix afin de vous offrir tout au long de l’année la meilleure des qualités au prix le plus juste.

On opte pour la nouveauté lorsque l’on estime qu’elle apporte une plus-value environnementale. 

Pour le prêt-à-porter, on a par exemple commencé par remplacer en mai 2018, la viscose conventionnelle par le Tencel®, une fibre biodégradable fabriquée de manière responsable à partir de pulpe d’eucalyptus et de solvants non toxiques réutilisés en circuit fermé. Un an après, nous avons choisi de substituer le polyamide par l’Econyl pour la conception de nos maillots de bain, à savoir un fil Nylon 100% recyclé et recyclable. Dès septembre 2019, on introduit la fibre Naia™ dont le processus de fabrication est similaire à celui du Tencel®. En plus d'être éco-responsable, ses propriétés permettent de réaliser des plissés et donc de réduire l'utilisation du polyester. On prévoit enfin d’utiliser la viscose EcoVero d’ici décembre 2019, une alternative responsable à la viscose conventionnelle, dont le bois est issue de forêts gérées durablement. 

Concernant les accessoires, on utilise depuis mars 2018 du cuir tanné végétalement qui limite l’utilisation de produits chimiques. Un an plus tard, on a décidé d’aller plus loin en utilisant du cuir biodégradable, c’est-à-dire traité par des produits tolérés par la nature et teints sans métaux polluants. La même année, on a lancé nos premières sandales en Piñatex®, une alternative au cuir animal fabriquée à partir de fibres de feuilles d’ananas. 

À savoir que généralement, qui dit innovation, dit coûts plus élevés… Nous sommes néanmoins prêts à privilégier la piste écologique et les matières innovantes même si elles nous coûtent plus chères à l’achat, afin de pouvoir vous proposer des produits désirables et une mode toujours plus responsables.

Oui ! Nous avons lancé nos premières sandales en Piñatex® dans cette optique :  la tige est conçue en matière végétale à base de fibres de feuilles d’ananas et la semelle est en liège recyclé. Nous proposons également des classiques comme des baskets en toile ou des sacs en raphia.

À noter que nos cuirs animals viennent de peaux de bêtes issues de la filière alimentaire, afin de valoriser les peaux comme sous-produits, et non des bêtes élevées pour leur peau. Nous n’utilisons également jamais de cuirs d’animaux rares : uniquement du cuir de chèvre pour le velours et de la vache pour l’embossé.

Il n’est pas toujours simple de se passer des matières synthétiques qui ont des avantages techniques (notamment pour les maillots de bain) ou stylistiques (comme pour les plissés). Fabriquées à partir de pétrole et émettant des microplastiques au lavage, il est pourtant préférable d’en réduire l’utilisation pour des raisons environnementales évidentes. 

Si on en utilise encore pour la fabrication de certaines pièces, on a tout de même considérablement réduit notre consommation : sur le printemps-été 2018, 14% de nos matières étaient synthétiques. Cette année, on est à 10%.

Notre objectif, c’est de continuer à travailler dans cette direction en utilisant des alternatives comme le Naia™ – en plus d'être éco-responsable, ses propriétés permettent de réaliser des plissés et donc de réduire l'utilisation du polyester – ou des matières recyclées, qu’on utilise par exemple pour fabriquer une partie de nos maillots de bain. 

Pour les produits pour lesquels on ne peut (encore) se passer de matières synthétiques, on recommande d’utiliser un sac de lavage GuppyFriend® qui sert à réduire les émissions de microplastiques lors du lavage des vêtements.

Alors déjà, on ne jette pas ! Un trou ça se recoud. Et si vous n’y connaissez rien, on vous apprend avec plaisir. Suivez nos tutos en ligne et venez à nos ateliers où l’on vous apprend à repriser un vêtement. Et si les vêtements sont encore en bon état, vous pouvez les vendre sur des sites ou des applications de seconde main. 

Sinon lorsque vos habits en fin de vie sont vraiment trop usés, vous pouvez les déposer dans des conteneurs de tri et recyclage. L’équipe Balzac s’est d’ailleurs engagée en tant que point de collecte auprès de l’association Le Relais. Vous pouvez par exemple déposer vos vêtements à chacun de nos évènements fixes (pop-ups, ventes privées…). Ils seront ensuite récupérés par l’association afin d’être réemployés ou recyclés.  

Dernière alternative, vous pouvez vous amuser à offrir une seconde vie à vos vêtements en les transformant en bee-wraps, cotons démaquillant, chouchous, éponges, lacets etc.

Chez Balzac Paris, le « slow fashion » et la volonté du zéro gâchis font partie de notre ADN depuis notre création, en 2014. Néanmoins, même si notre équipe revendique une fibre écolo, on sait bien qu’il n’est pas possible de devenir responsable du jour au lendemain. Être responsable passe par des actions concrètes, qui au fil du temps, renforcent une démarche plus globale.
D’ailleurs, depuis le début, on s’efforce de multiplier les initiatives dans ce sens : en 2014, on a lancé nos collections responsables ; depuis janvier 2019, 95% de nos pièces sont fabriquées dans l’Union Européenne (des collections qu’on achemine ensuite par camion plutôt que par avion pour réduire l’empreinte carbone) ; chaque mois, on veille à  maximiser le % de matières naturelles dans nos collections ; on réduit nos emballages au maximum, tout en privilégiant des emballages recyclés et recyclables ; on minimise nos déchets en réutilisant nos chutes de tissus pour imaginer de nouvelles pièces ; on propose des cadeaux responsables ; on a mis en place un partenariat avec l’association Le Relais pour collecter vos vêtements en fin de vie, etc.   

Nous réduisons les emballages au maximum et proposons aux clients de se passer de boîtes pour les chaussures et les bijoux. Et lorsque cela est nécessaire, nous privilégions des emballages recyclés et recyclables comme pour les boîtes et pochettes d’envoi des commandes. 

Parallèlement à cela, nous sommes en trains d’explorer de nouvelles pistes pour réduire autant que possible notre impact grâce à l’utilisation d’emballages réutilisables ou la livraison des colis en vélo dans Paris…

La « justesse des liens » faisant partie de nos valeurs, nous avons construit des liens forts et des relations de long terme avec nos artisans qui sont devenus au fil des années, de véritables partenaires. Notre fournisseur historique est d’ailleurs toujours notre fournisseur principal ! Une aventure que nous vivons ensemble : non seulement l’usine grandit en même temps que Balzac Paris évolue, mais ils travaillent en plus pour avoir une ligne de production certifiée GOTS, prenant le virage responsable avec nous.

Oui, travailler sur cette problématique pour Balzac Paris crée une vraie émulation en interne qui pousse chacun à s’améliorer dans sa vie personnelle. Par exemple, tout le monde s’est mis à boycotter les bouteilles en plastique pour utiliser des gourdes ! 

On se sensibilise sans cesse mutuellement sur différents aspects écologiques : certaines personnes de l’équipe adeptes du zéro déchet nous partagent par exemple leurs tutos pour fabriquer des produits d’entretien maison. C’est notamment le cas d’Ulysse, notre nouvelle recrue en charge de développer la RSE (Responsabilité sociale des entreprises) en interne et dans les collections Balzac Paris. 

Il nous arrive enfin de faire venir au bureau des entreprises responsables et inspirantes afin d’échanger avec eux sur la question comme le fournisseur d’énergie verte Ekwateur, la marque de lingerie innovante Smoon et encore bien d’autres à venir, notamment lors de notre pop-up aux Galeries Lafayettes.

Les labels font office de garantie lorsque que nous ne sommes pas en mesure de pouvoir aller vérifier les conditions de fabrication d’un produit par nous-mêmes. Ils ont en effet le mérite d’offrir un point de vue indépendant et d’assurer la traçabilité des produits, sachant qu’un vêtement labellisé est une pièce dont la fabrication s’est déroulée dans le respect de normes environnementales et sociales très strictes. Une réglementation qu’il est possible  de consulter dans le détail sur les sites des labels correspondants.

S’il nous est par exemple difficile de connaître l’origine de notre coton, se tourner vers du coton biologique permet de nous assurer que sa production est respectueuse de l’environnement. Certifié GOTS, notre pull Géraldine a par exemple été fabriqué en respectant des standards environnementaux et sociaux stricts, de la matière première en passant par la fabrication jusqu'à l'étiquetage.

Il faut savoir que 40% de la durée de vie d’un vêtement dépend de son usage et de son entretien, notamment lors du lavage. 

Dès lors, on vous recommande déjà de ne pas trop laver votre vêtement, et lors du lavage, de privilégier autant que possible une lessive faite-maison ou une lessive écologique, comme notre lessive TPR Balzac Paris, plus douce pour votre santé et vos vêtements. Composée d’huile de tournesol bio, de soude, d’eau, et de bicarbonate de soude, elle est fabriquée sans parfum ni perturbateurs endocriniens. 

Afin de protéger vos habits, vous pouvez également utiliser un sac de lavage, comme notre sac de lavage Guppyfriend® : il réduit considérablement la production de microplastiques relâchés dans l’eau et aide à prolonger la durée de vie de vos vêtements !

Toutes les pièces que nous produisons en Europe sont transportées par camion, quant aux rares pièces que nous fabriquons hors Europe, elles sont acheminées par avion. 

Nous souhaitons cependant améliorer ce point en acheminant nos produits entre les usines du Portugal et notre entrepôt non plus par camion mais par train, ce qui nous permettrait de réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre.

 

De manière générale, le coton est une matière très difficile à sourcer : complexe, sa chaîne d'approvisionnement possède de nombreux intermédiaires. Il est également courant que différents cotons soient mélangés les uns avec les autres, ce qui rend la traçabilité encore plus compliquée à établir. Un constat partagé par beaucoup, comme Balzac Paris a pu le constater lors d’un atelier sur la traçabilité organisé dans le cadre l’édition 2019 des Fashion Green Days : toutes les marques présentes étaient en quête de solutions pour améliorer le suivi des matières et rendre le système plus transparent. 

À ce jour, le meilleur moyen d’avoir des informations fiables est d’aller sur le terrain et de s’entretenir directement avec les producteurs. Il arrive heureusement dans certains cas qu’on parvienne à obtenir des réponses, comme lors de notre collaboration avec Frichti : Le tote bag et le T-shirt ont été fabriqués à partir d’un coton américain !

En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Pour plus d’informations sur le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte.